FANDOM


Une journée comme tant d'autres commençait aujourd'hui pour Nyo. Le Soleil levant dépassait alors les pics des montagnes les plus hautes de Kolklin, la routine habituelle commençait rapidement en la compagnie de son père Bartons pour partir à la chasse au gibier, son père étant chasseur depuis tout jeune, elle a décidé d'aider son père dans sa tâche, du moins tant qu'elle ne trouvait pas un métier digne de ce nom. En dehors du travail elle se baladait beaucoup dans les plaines de Gaaran, n'hésitant pas de temps à autres à s'arrêter pour contempler le ciel, ou bien simplement le paysage.

De nature rêveuse, elle rêvait d'un monde sans problèmes ou la vie serait paisible, elle était loin de se douter de ce qui l'attendait. Alors que les cloches du soir retentissait pour annoncer le couvre-feu à Siganyr, Nyo rentrait à la maison pour pour faire festin des plats préparés maison de sa mère adorée, Mirtille. Mais sur le chemin du retour qui d'habitude semblait si paisible, le ciel semblait alors plus sombre que d'habitude. Elle n'eut que le temps de remarquer.. Un flash dans le noir. L'obscurité et enfin.. l'inconscience...


C'est alors que Nyo se réveillait dans une salle étrange s'apparentant à une Salle de Prière. La statue dans la salle semblait grande face à elle.. Une représentation d'un homme apparemment barbu, levant les bras tout en portant une tenue moniale. Des bancs étaient éparpillés dans la salle, des fois pas à leur place, des fois retournés, se combinant à la moisissure dans cette salle et le brisures dans les pierres constituants les murs, signe de l'âge des infrastructures.

Alors cherchant la sortie de la salle dans laquelle elle avait probablement été enfermée, elle trouva, en déplaçant les bancs bloquant la porte qui ont certainement étés déplacés. Quand elle essayait d'ouvrir la porte, il n'y avait aucun moyens, les mécanismes de la porte avait été victime de l'âge des locaux, pris par la rouille et la moisissure. Par sa faible force physique, Nyo était incapable de donner un coup assez puissant pour ouvrir la porte, elle cognait alors contre celle-ci, dans l'espoir que quelqu'un l'entende...